Inside Out - Blog CyberSécurité Blog   /  

Votre guide sur les simulations de cyberattaques : en quoi consistent les tests d’intrusion ?

Your Guide to Simulated Cyberattacks: What is Penetration Testing? | Varonis

Sans test d’intrusion, vous risquez de ne pas repérer les lacunes, les faiblesses et les vulnérabilités de vos systèmes de cyberdéfense avant qu’il ne soit trop tard. Un test d’intrusion consiste à simuler une cyberattaque : une équipe interne ou un partenaire joue le rôle d’un pirate informatique pour tenter de pénétrer vos systèmes, vos données ou vos réseaux.

Les tests d’intrusion sont rapidement devenus une procédure opérationnelle standard pour les équipes chargées de la sécurité des informations et des données dans la plupart des industries et dans les secteurs privé et public. Si des tests d’intrusion réguliers ne font pas déjà partie de votre stratégie de cyberdéfense, c’est le moment de vous informer et de commencer à en planifier.

Nous allons vous présenter les tests d’intrusion, vous faire découvrir leur fonctionnement et vous montrer à quoi le processus ressemble habituellement. Nous vous aiderons également à déterminer la méthode adaptée à votre entreprise et les outils de test d’intrusion à votre disposition.

En quoi consistent les tests d’intrusion ?

Un test d’intrusion, parfois appelé test de pénétration, est une simulation conçue pour détecter et vérifier les vulnérabilités potentielles avant que des pirates ne puissent les exploiter. Ces tests effectuent des tentatives de violation de données sur plusieurs terminaux ou applications, des API aux serveurs back-end.

Les tests d’intrusion font partie de ce que l’on appelle les attaques éthiques. Aucun dommage n’est subi et l’attaque contribue à la cybersécurité de l’organisation. Un test d’intrusion de malware peut par exemple commencer par une attaque de phishing contre un employé peu méfiant, mais sans qu’aucun code malveillant ne soit libéré si la personne clique sur un lien ou télécharge un fichier.

Après le test d’intrusion, les équipes de sécurité de l’information et de direction passent les résultats en revue et établissent un plan d’action pour améliorer la posture de cyberdéfense et corriger les points faibles en fonction des résultats de l’attaque simulée.

Éléments impliqués dans les tests d’intrusion

Qu’importe le type de test d’intrusion choisi, ils ont tous des intervenants et éléments en commun. Voici les éléments principaux des tests d’intrusion, les intervenants et ce dont ils sont responsables :

  • Red Team : il s’agit de l’équipe de pirates éthiques qui mènera la simulation de l’attaque. La Red Team peut être constituée d’experts internes, de personnes auxquelles vous faites appel pour vous aider à exécuter le test ou un mélange des deux. 
  • Blue Team : il s’agit de l’équipe de cybersécurité interne testée par les pirates. La Blue Team se compose généralement du personnel ou des mesures de cybersécurité déjà en place : leur efficacité et leurs performances sont mises à l’épreuve.
  • Équipe de direction : la plupart des entreprises font intervenir la direction lors des tests d’intrusion, qu’il s’agisse du PDG, du directeur technique ou du DSI. Même si la direction n’est pas directement impliquée dans l’exécution du test en lui-même, elle peut intervenir dans la planification, le reporting et l’évaluation.
  • Partenaire de test : Il est courant pour les entreprises d’externaliser l’attaque éthique ou une partie des activités de la Red Team pour garantir l’exhaustivité du test d’intrusion. Si votre équipe interne ne dispose pas de l’ensemble des outils ou ressources nécessaires au test d’intrusion, il peut être judicieux de faire appel à un partenaire.

Les tests d’intrusion peuvent faire intervenir d’autres parties, mais voilà les groupes principaux à inclure. 

Avantages des tests d’intrusion

Les tests d’intrusion sont principalement conçus pour exploiter les faiblesses potentielles d’un système avant que les vrais pirates ne le fassent. En outre, des attaques éthiques régulières présentent de nombreux avantages. Voici certaines des raisons principales de mener des tests d’intrusion de sécurité :

  • Identification des vulnérabilités : les tests d’intrusion vous aideront principalement à identifier les vulnérabilités qui resteraient autrement masquées.
  • Tests de la cyberdéfense : vous aurez également un aperçu des capacités de cyberdéfense de votre organisation, des capacités d’alerte en cas de menace et des temps de réponse.
  • Évaluation du pare-feu : vous pourrez plus précisément évaluer l’efficacité de votre logiciel et de vos configurations de pare-feu actuels contre les attaques potentielles.
  • Détection des nouvelles menaces : les partenaires menant les tests d’intrusion emploient souvent les tactiques de piratage les plus récentes, ce qui vous permet de savoir si vos défenses sont efficaces contre les nouvelles menaces.
  • Conformité aux réglementations : les tests d’intrusion vous permettent de vérifier la conformité de vos cyberdéfenses et d’apporter les changements nécessaires, qu’il s’agisse des normes HIPAA, PCI-DSS ou d’autres cadres pertinents.
  • Réduction des interruptions de service : en cas d’attaque, les tests d’intrusion permettent à vos Blue Teams de savoir exactement quelle réponse apporter et comment remettre les systèmes en ligne rapidement.
  • Priorisation des risques : après votre test d’intrusion, vous aurez une meilleure idée des risques auxquels sont exposés vos données et systèmes, et vous saurez quelle priorité donner à vos ressources pour les atténuer.
  • Confiance des clients : la conduite de tests d’intrusion annuelle est un sujet sur lequel vous pouvez communiquer avec vos clients et consommateurs pour renforcer leur confiance.

Les tests d’intrusion représentent d’autres avantages en aval de la chaîne de valeur, mais voilà principalement pourquoi il est essentiel pour toutes les entreprises d’effectuer des tests d’intrusion réguliers. 

Méthodes de test d’intrusion

Maintenant que vous savez ce qu’est un test d’intrusion et pourquoi vous devriez en effectuer régulièrement, explorons les différents types de tests et méthodes utilisés.

Test d’intrusion interne

Pour ce type de test d’intrusion du réseau, l’attaque est conduite au sein du réseau interne d’une entreprise. Cette méthode est particulièrement utile pour déterminer l’étendue des dommages que pourraient causer des menaces internes. Qu’il s’agisse d’un employé mécontent ou d’une victime d’attaque par phishing peu méfiante, les tests d’intrusion internes sont très utiles et ils devraient faire partie de votre routine de test régulière.

Test d’intrusion externe

Les tests d’intrusion externes simulent une attaque provenant de l’extérieur sur vos serveurs, réseaux et pare-feu. Cette méthode est conçue pour mettre vos mesures de cyberdéfense à l’épreuve. La Red Team conduit généralement l’attaque à partir d’un site distant, hors des bureaux, soit dans un autre bureau, soit dans un van mobile garé à proximité. Les tests externes ciblent généralement les serveurs ou les applications Web dans le but d’extraire des données ou de désactiver des systèmes pour exécuter une attaque par ransomware.

Test d’intrusion discret

Également appelé test d’intrusion en double aveugle, dans cette situation, presque personne dans l’entreprise n’est au courant qu’un test est en cours. Cela inclut les professionnels informatiques et les responsables de la sécurité de l’information chargés de répondre aux attaques. Les tests d’intrusion discrets peuvent être organisés par la direction ou les responsables de l’entreprise dans le but d’obtenir une idée précise de l’efficacité de ses cyberdéfenses. Il est toutefois important de définir la portée du test et d’avoir un accord écrit avec le pirate éthique au préalable, afin d’éviter tout problème juridique potentiel. 

Test d’intrusion ciblé

Avec cette méthode, les pirates et le personnel de sécurité interne collaborent tout au long du processus, chacun étant au courant des actions des autres. Les tests ciblés permettent aux équipes de sécurité d’obtenir du feedback en temps réel du point de vue du pirate potentiel. Pendant ces tests, les entreprises peuvent également se concentrer sur certains aspects de leurs cyberdéfenses, tels que les pare-feu ou la sécurité du cloud. Puisque les pirates éthiques et le personnel interne communiquent tout au long de l’attaque, certains aspects spécifiques de la cybersécurité peuvent être affinés plus efficacement que lors d’un test interne ou externe général.

Étapes du test d’intrusion

En général, le processus de test compte les cinq étapes suivantes :

1. Planification et reconnaissance

Vous devez tout d’abord définir la portée et les objectifs de votre test d’intrusion. Quels systèmes comptez-vous tester ? Existe-t-il certaines vulnérabilités que vous cherchez à corriger ? Quelles méthodes comptez-vous utiliser ? Réunissez toutes les informations dont vous avez besoin sur les éléments ciblés et explorez l’environnement au préalable pour que les pirates éthiques puissent faire leur travail plus efficacement.

2. Scan 

Ensuite, vous devez déterminer comment vos systèmes et applications seront susceptibles de réagir face à diverses tentatives de piratage. Avec les scans statiques, vous pouvez inspecter le code d’une application en une seule passe et évaluer son comportement lorsqu’elle est en cours d’exécution. Vous pouvez également conduire un scan dynamique, qui fournit une vue en temps réel des performances d’une application et qui est plus pratique à effectuer qu’un scan statique.

3. Obtention de l’accès

C’est ici que commence réellement la simulation de l’attaque. La Red Team lance une attaque d’application Web, d’ingénierie sociale ou un autre type d’attaque pour obtenir un accès à vos systèmes. Des tactiques comme les injections de code SQL et le phishing sont généralement employées. La Red Team continuera d’appliquer différentes mesures pour élever les privilèges, dérober des données, intercepter le trafic ou toute autre activité ouvrant la porte à des dommages potentiels.

4. Maintien de l’accès

Une fois l’accès obtenu, il s’agit pour les pirates éthiques de maintenir une présence constante dans le système exploité. Tout comme de véritables pirates, ils voudront maintenir l’accès suffisamment longtemps pour atteindre leurs objectifs, qu’il s’agisse de voler des données, d’injecter un malware ou de désactiver des systèmes. Cela permet d’imiter les menaces persistantes avancées pouvant rester dans un système pendant des jours, des semaines voire des mois dans le but de compromettre les données et systèmes critiques d’une entreprise.

5. Analyse

Une fois le test d’intrusion terminé, les résultats sont compilés dans un rapport détaillé qui sera analysé par les équipes de direction, de sécurité de l’information et toute autre personne habilitée. Leur analyse inclut en général les vulnérabilités spécifiques exploitées, les données éventuellement compromises et l’impact de l’attaque sur les systèmes critiques. L’analyse post-test déterminera également combien de temps les pirates ont pu passer sur les systèmes sans être détectés. 

Une fois l’analyse terminée, un plan de remédiation sera établi et mis en œuvre d’après les vulnérabilités détectées et exploitées. Les entreprises pourront prendre des mesures comme la reconfiguration de leurs paramètres de pare-feu ou la mise en œuvre d’une solution de détection des menaces centrée sur les données pour combler les éventuelles lacunes.

Types de tests d’intrusion

Pour garantir que les tests d’intrusion remplissent les objectifs appropriés et repèrent correctement les points faibles de l’environnement, étudiez les différents types de tests, qui ciblent divers aspects d’une infrastructure informatique :

Test d’intrusion des applications Web

Ce type de test permet d’examiner la sécurité globale et les risques potentiels au niveau de vos applications Web. Cela inclut notamment les vulnérabilités de type injection, les authentifications ou autorisations brisées et les erreurs de code.

Test de sécurité réseau

Ce type de test se concentre sur la sécurité réseau en exploitant et en détectant les vulnérabilités sur différents types de réseaux et sur les appareils associés. L’objectif est d’exploiter les failles telles que les mots de passe faibles ou les ressources mal configurées, permettant à la Red Team d’accéder à des systèmes ou à des données stratégiques.

Test d’ingénierie sociale

L’ingénierie sociale implique de tromper l’utilisateur pour obtenir un accès ou des informations à des fins malveillantes. Le phishing est le type de test d’intrusion d’ingénierie sociale le plus couramment utilisé : les pirates éthiques testent le degré de sensibilisation du personnel et des employés aux e-mails frauduleux.

Test de sécurité du cloud

Pour ce test, les équipes de sécurité collaborent avec des prestataires de services tiers et des fournisseurs de cloud pour exécuter une simulation d’attaque spécifiquement sur le cloud. Ce type de test permet de vérifier la sécurité de votre déploiement cloud et d’identifier les probabilités et les risques globaux associés à chaque vulnérabilité détectée.

Outils de test d’intrusion

Il existe une multitude d’outils de test d’intrusion sur le marché. Un partenaire de test d’intrusion expérimenté pourra vous aiguiller sur l’ensemble de solutions adapté à votre organisation spécifique, mais voici un échantillon des meilleures d’entre elles :

  • Powershell-suite : un ensemble de scripts PowerShell qui extraient des informations sur les handles, les processus, les fichiers DLL et de nombreux autres éléments des machines Windows. Powershell-suite automatise facilement les tâches permettant de détecter les ressources exploitables sur n’importe quel réseau. 
  • Wireshark : l’analyseur de protocole réseau le plus utilisé au monde. Le trafic réseau capturé via Wireshark révèle les protocoles et systèmes actifs. Cet outil est idéal pour profiter d’une visibilité approfondie sur les communications réseau.
  • Metasploit : à l’origine une solution open source, Metasploit peut vous aider en matière d’analyse des vulnérabilités, d’écoute, d’exploitation des vulnérabilités connues, de collecte de preuves et de rapports de projet. Cette solution est idéale pour gérer plusieurs tests d’intrusion ou applications à la fois.
  • MobSF. Le meilleur outil pour la détection des vulnérabilités sur les plateformes mobiles. Inclut également des API REST intégrées pour l’incorporation des tests d’intrusion dans votre pipeline de développement. Conduit des analyses statiques et dynamiques sur les applications mobiles.
  • Apktool : un outil pour la rétro-ingénierie de malwares que les pentesters peuvent utiliser pendant les exercices. Apktool peut imiter et simuler la distribution de charges utiles de malware pour déterminer si les cyberdéfenses d’une organisation sont capables de repousser un code malveillant spécifique.

Ces outils couvrent la plupart des aspects clés des tests d’intrusion, tels que le scan, l’analyse et le test de vulnérabilité. Pour obtenir une liste plus complète, consultez cette liste des outils de test d’intrusion recommandés.

FAQ sur les tests d’intrusion

Qui procède aux tests d’intrusion ?

Le personnel interne de l’entreprise et les partenaires externes. Les simulations d’attaque des tests d’intrusion sont menées par ce que l’on appelle des Red Teams : des pirates éthiques chargés de s’introduire dans des systèmes. Le personnel de défense, ou Blue Teams, se défendent contre l’attaque comme ils le feraient dans la vie réelle.

Que se passe-t-il après le test d’intrusion ?

À la fin du test, le pirate éthique partage ses découvertes avec l’équipe de sécurité de l’entreprise ciblée. Ces informations sont ensuite utilisées pour mettre en œuvre certaines améliorations de sécurité et corriger les vulnérabilités éventuelles détectées pendant le test.

Comment les exploits sont-ils utilisés pendant les tests d’intrusion ?

À des fins de détection des vulnérabilités. Les exploits utilisés pendant les tests d’intrusion sont conçus pour ne pas causer de dommages réels ni compromettre les systèmes. Les entreprises peuvent utiliser des exploits spécifiques, comme le phishing ou les injections de code SQL, qui présentent des risques élevés, afin d’évaluer leur posture de cybersécurité.


Toutes les entreprises ou presque devraient envisager les tests d’intrusion comme une activité obligatoire dans le cadre de leur stratégie continue en matière de cybersécurité. En collaborant avec un partenaire de test d’intrusion comme Varonis, vous pourrez simplifier ce processus, identifier efficacement les vulnérabilités et mettre en œuvre des technologies d’atténuation des risques. Ainsi, quand des pirates tenteront réellement d’accéder à vos systèmes, vos lacunes seront déjà comblées.